RADAR
Recovery Advocacy Documentary Action Research

À PROPOS

QU’EST-CE QUE RADAR?

Jennifer05 copy.jpg

Recovery Advocacy Documentary Action Research (RADAR) est un groupe d’universitaires et de cinéastes qui créent de courtes vidéos contre la stigmatisation et pour le rétablissement sur des sujets liés à la santé mentale et à la maladie mentale. Ce groupe comprend les universitaires Rob Whitley (McGill), Gavin Adamson (Ryerson) et Kathleen Sitter (Memorial) et les vidéographes Robby Reis (Montréal), Derreck Roemer (Toronto) et Stephanie Young (Halifax). La gestionnaire de projet actuelle est Victoria Carmichael.

Nous avons reçu du financement des Instituts de recherche en santé du Canada pour réaliser des vidéos dans trois villes : I) Montréal; ii) Toronto et iii) Halifax. Pour toutes nos vidéos, nous utilisons la méthode de la vidéo participative, une nouvelle approche révolutionnaire où les personnes marginalisées collaborent pour produire des vidéos locales sur des enjeux et des sujets qui les touchent. Le projet actuel consiste à former les personnes atteintes de maladies mentales à la rédaction de scripts, au tournage et au montage de films afin de leur donner le contrôle total sur la forme et le contenu. En réalisant ces vidéos, nous voulons sensibiliser le public, réduire la stigmatisation et informer les gens sur les réalités de la maladie mentale.

Nous avons produit un total de 25 films sur des sujets comme la stigmatisation, le rétablissement, l’exclusion sociale et l’intégration communautaire. Nous avons organisé des séances de projection des films suivies de tables rondes à divers endroits au Canada, notamment aux universités McGill, Ryerson et Dalhousie, à la bibliothèque publique de Halifax, à l’Hôpital général juif, au Centre de toxicomanie et de santé mentale et au Bluenose-Ability Film Festival. Toutes nos vidéos sont accessibles sur la chaîne YouTube recoverymentalhealth.

Nous évaluons actuellement l’incidence des vidéos sur la santé mentale des personnes qui participent au projet, ainsi que sur les spectateurs. Si le projet réussit, nous créerons une boîte à outils que les personnes atteintes de maladies mentales ailleurs pourront utiliser pour mettre en œuvre des projets semblables.